Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr

Les sorcières

Vous êtes ici : » » Les sorcières ; écrit le: 13 avril 2012 par telecharger

Les sorcières

La dernière sorcière a été brûlée en France en 1718. Aujourd’hui encore, certains prétendent avoir passé un pacte avec le diable. Retour en arrière ou besoin d’irrationnel ?



Les sorcières au bûcher

La croyance aux sorcières se répand en Europe à partir de 1400, accompagnant guerres et épidémies. Des livres, écrits par des moines ou des magistrats, expliquent comment identifier ces complices du diable. Et bien que dès 1560 un médecin allemand, Johan Weyer, tente de montrer que leur contenu n’est que superstition, de tels ouvrages permettent pendant trois siècles d’envoyer au bûcher des milliers de femmes. Parmi les juges célèbres – et laïques – figurent Jean Bodin (1530-1596) et Nicolas Rémy (1530-1612) qui fait brûler plus de 3000 personnes en Lorraine.

Le sabbat

Du Moyen Age à la fin du XVIIe siècle, la rumeur prétend que le démon, sous la forme de Léonard le grand bouc noir, préside le sabbat, cette réunion de sorcières et futures sorcières qui se tient dans une clairière, en général le samedi soir. En échange d’un pacte de renoncement à Dieu et à leur âme signé avec leur sang, les nouveaux venus reçoivent leurs pouvoirs, puis s’ensuivent orgies et banquet avec cannibalisme d’enfants. La nuit de Walpurgis, le plus célèbre sabbat rassemble, dit-on, toutes les sorcières d’Allemagne sur le mont Brocken le 1er mai de chaque année. A l’origine de ces croyances se trouvent, sans doute, des réunions nocturnes de vagabonds, de bohémiens ou de brigands, ainsi que la survivance de célébrations païennes clandestines.

Procès et tortures

A cette époque, la peur collective est telle qu’accuser quelqu’un de sorcellerie provoque son arrestation et presque à coup sûr sa condamnation. Les juges pensent qu’au moment de l’entente avec le diable, l’âme de la sorcière quitte son corps par un point devenant insensible. Pendant le procès, on pique donc au hasard l’accusée avec une longue aiguille, jusqu’à ce que, épuisée, elle ne réagisse plus. Et le «test» se révèle ainsi presque toujours positif! Des aveux suffisent ensuite pour être condamnée, et s’ils ne viennent pas d’eux-mêmes, la torture les fournit (ou provoque la mort, ce qui n’est qu’une autre manière d’aboutir au résultat voulu). Après le procès, la sorcière est torturée à nouveau pour qu’elle dénonce ses complices, ce qui conduit évidemment d’autres innocents devant le tribunal.

La régression actuelle vers l’irrationnel

Un reportage, diffusé en 1995 par France 3, révèle l’existence de lugubres cérémonies se déroulant la nuit, dans les bois en région parisienne, en présence de personnes masquées. Une jeune femme prétend avoir, comme jadis, passé un accord avec le diable.
Nourrie des problèmes de notre époque, la vieille croyance aux sorcières ressurgit donc, montrant que malgré les progrès techniques, la régression vers l’irrationnel est malheureusement toujours possible.

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles