Les espèces

> > Les espèces ; écrit le: 6 avril 2012 par telecharger

Cette énumération est toutefois inattendue sous la plume de Paracelse – à supposer évidemment que cette présentation ne soit pas une interpolation faite, après sa mort, par des paracelsistes. (En effet le nom de Paracelse a été largement utilisé, surtout vers la fin du siècle, pour faire circuler et publier des écrits s’écartant des doctrines offi­cielles, et cela pour échapper à la critique et à la poursuite des autorités. On pourrait donc être tenté – comme certains se l’au­torisent – de supposer que certains textes, en dehors de ceux que Sudhoff a classés sous la rubrique Spuria ou pseudoparacelsica, ne soient pas de la main de Paracelse, mais relèvent de pratiquesinterpolatrices.)

Tant de divisions et de subdivisions étonnent, en effet, de la part d’un auteur qui, sa vie durant, n’a cessé de dénigrer et de dénoncer les procédés scolastiques.

On peut d’ailleurs se demander comment – sur fond d’une philosophie de la nature où tout est pensé comme étant en constants devenir et maturation – on pourrait dire aujour­d’hui ce qui sera demain, c’est-à-dire définir a priori les formes de connaissance et d’intervention du mage.

Il convient par conséquent de relativiser la portée de ces distinctions. N’est-on pas forcé de constater que les distinctions faites par Paracelse ne sont pas constantes : elles varient d’un texte à l’autre. Le Ein magischer Entwurf (X, 656-57) et XAstronomia magna (XII, 83-85) ne présentent pas des tableaux identiques — ce qui incite à penser que ces variations trahissent un certain empirisme. D’autre part, on ne peut pas oublier non plus qu’en i e début du XVIe siècle, une véritable manie classificatrice s’est emparée des esprits et les a poussés à multiplier divisions, dissimulations, spécifications. Il suffit de penser, par exemple, à l’onrad Gessner qui a mis en tableaux tous les livres imprimés de son temps, tout le règne animal, tout le monde végétal, etc., en île prestigieux in 4°. Agrippa de même inventa de multiples clas­sifications. C’était alors la manière de chercher à explorer et à balayer le champ des phénomènes — comme Christophe ( lolomb, on était occupé à découvrir et à nommer. S’agissant de m.unique, Johann Hartweg avait déjà tenté, au siècle précédent, de dresser le tableau des « mancies » dans son püch aller verpotten knnst( 1456) : géomancie, hydromancie, spatulamancie, etc.

En définitive, nous devons voir en ces énumérations plu- lAt des exemples d’occurrences de l’activité magique qu’un recen­sement exhaustif des phénomènes possibles. Ces occurrences demeurent en fait aléatoires et, en tant que telles, non fondées comme catégories définitives. Mais comme il s’agissait pour Paracelse detudier ces phénomènes « avec ordre et selon le droit « hemin », les nombreux tableaux de la Grande Astronomie sont là •i litre indicatif, voire symbolique, de cet ordre.

La magie, écrit Paracelse, comporte six espèces. La pre­mière consiste à interpréter et à comprendre les signes dans le ici, que ce soient des comètes, des étoiles filantes, des halos, des irradiations ou tout autre phénomène se produisant dans les airs.

I bus ces signes sont naturels, intelligibles pour les mages. Cet art est annoncé par la parole du Christ qui dit : il y aura des signes dans le soleil, la lune, les étoiles. C’est Xinsignis magica.

Il est une autre espèce de magie qui enseigne à former et transformer des corps – ainsi que cela se faisait, par exemple, du

temps de Moïse – de métamorphoser un corps en un autre. Il s’agit aussi de transformations susceptibles de revêtir un corps d’un aspect éclatant ou glorieux, comme celle qui a transfiguré le Christ en l’illuminant comme le soleil. Cette forme de magie s’appelle de son vrai nom magia transfigurativa.

La troisième espèce enseigne la façon de former et de pro­noncer des paroles qui, par là même, vont posséder un pouvoir efficace. Ce pouvoir leur est propre comme sont propres aux simples les vertus qu’ils recèlent. On peut dès lors effectuer avec des mots ce que le médecin accomplit normalement avec des remèdes. Il est également question, en cette troisième espèce, de caractères, c’est-à-dire de signes gravés, écrits ou dessinés qui ont même pouvoir que les paroles et qui protègent contre les acci­dents et autres événements fâcheux. C’est la magia caracterialis.

Une autre espèce apprend à entailler des gemmes. Ces pierres gravées à l’image des constellations astrales sont capables de protéger le corps contre les coups et les blessures ; également contre les monstres et les démons. Elles permettent aussi de se rendre invisible, et recèlent bien d’autres pouvoirs (qu’elles n’ont pas naturellement). Le nom de cette forme de magie est gamaheos.

La cinquième espèce est l’art de confectionner des images qui vont avoir un grand pouvoir : en leur imprimant les mêmes propriétés que celles que possède l’Astre, le mage leur confère le pouvoir de guérir ou de rendre malade, de protéger ou de nuire et d’estropier, etc. ; bref, d’avoir autant ou plus de pouvoirs que les simples. Cette espèce s’appelle de son vrai nom altéra in alteram.

Enfin, la sixième espèce consiste dans l’art de savoir se faire entendre au loin, par delà les mers, à cent milles de distance. C’est aussi l’art d’aller plus vite que nature, de faire en un jour un chemin qui demanderait un mois, ou d’accomplir en peu de temps ce qui par nature exigerait un an. C’est ïars cabalistica.

Paracelse ajoute que ces espèces représentent ensemble l’art de la magie, et s’appellent en latin, dit-il, artes sapientiae.

Car ces six espèces ont été tenues par les savants de Saba et de l’ilc- de Tarsis pour la plus haute sagesse qui ait été donnée aux hommes, dans leur vie mortelle, par Dieu. Seuls les sages qui riaient experts en ces arts ont été appelés mages ; et, par suite, loi ne autre sagesse mortelle a été considérée comme moins .u » omplie et inférieure. Seul l’art de la magie a été tenu pour la vitesse suprême et incomparable » (XII, 85).

← Article précédent: La plus grande fleur au monde Article suivant: La ville la plus froide au monde


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site