Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr

Aiguillettes

Vous êtes ici : » » Aiguillettes ; écrit le: 6 avril 2012 par telecharger

Aiguillettes

Aiguillette , diminutif d’«aiguille» (du latin vulgaire acucula , en ancien français aguillè), désignait, aux XIIe et XIIIe s, une aiguille aimantée ainsi qu’une petite aiguille. Au XIVe s, le terme désigne le «cordon ferré» utilisé pour attacher une jupe ou un pantalon. Cette fonction explique qu’aujourd’hui encore on «noue l’aiguillette à un homme» pour le rendre impuissant. Si la victime est une femme, on fait des nœuds sur une corde.



L’impuissance de l’homme ne se manifeste qu’avec sa femme. Connu dès l’Antiquité, le nouement de l’aiguillette appartient aux opérations de magie imitative. Il met en jeu les croyances liées à la symbolique du lien et du liage ainsi qu’à celle du nœud et du nouage. Le liage fut universellement perçu comme une opération magique et maléfique, représentée par des personnages mytho-logiques : des lieurs-magiciens tels que Varuna, aux Indes, ou bien le Fripon d’Amérique du Nord qui multiplie les tricks et parvient même à lier le coyote. Le nouement concentre ou bloque des forces cachées de la nature, l’énergie sexuelle en particulier, les énergies vitales en général. L’utilisation de procédés semblables à celui des aiguillettes n’est pas l’apanage des seules sorcières, comme en témoigne Burchard, évêque de Worms, dans son Corrector sive medicus (y. 1010) lorsqu’il la décrit ainsi : des bandelettes nouées sont cachées dans les arbres ou placées aux carrefours par les gardiens du bétail pendant qu’ils récitent des «incantations diaboliques », soit pour guérir les animaux domestiques, soit pour décimer les animaux du voisin. Parmi les condamnations pour pratiques de sorcellerie, celle-ci est l’une des plus graves et vaut à son auteur deux ans de jeûne. Faire des nœuds à la ceinture d’un défunt, dans le but de nuire à autrui, se paie seulement de quarante jours de jeûne. Au XVIIe, le nouement d’aiguillettes, devenu pratique courante de la sorcellerie populaire, valait l’excommunication à son auteur. La Pas¬sion Béatrice, film de Bertrand Tavernier (1988) dont l’action se situe dans un Moyen Âge rural et superstitieux, représente avec réalisme un «arbre- sorcier» chargé de rubans noués, dont la signification est connexe à celle des aiguillettes.

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles