Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr

Le martelage de la rate

Vous êtes ici : » » » Le martelage de la rate ; écrit le: 17 avril 2012 par telecharger

Le martelage de la rate
A Gimel, en Corrèze, le « metze » Chazal pratiquait « le martelage de la rate » soignant différentes affections enfantines ou autres Seuls, des individus issus d’une génération de forgeron et doues d’une adresse parfaite peuvent espérer maîtriser cette thérapeutique impressionnante. Les malades et les femmes sur le poir.: d’accoucher venaient « se faire forger » sur l’enclume à la nuit torr.- bée, trois vendredis consécutifs, à la nouvelle lune ; le nombre trois fortifiait le pouvoir bénéfique de ce geste, selon les anciens d_ pays. Gaston Vuillier relate pour la première fois cette scène spectaculaire, à laquelle il a pu exceptionnellement assister vers 1890 :

« Chazal en manches de chemise un lourd marteau de fer à la main se tient debout devant l’enclume. Il paraît transfiguré, ses yeux brillent ; une rougeur inusitée colore son visage… Près de lui des femmes couvertes déshabillent un jeune garçon maigre exsangue qui roule des yeux d’effroi.
Un vieillard, les bras nus, agite frénétiquement le grand soufflet qui va et vient avec rapidité faisant un bruit rythmé. Le forge entière est éclairée de reflets sanglants du brasier, tandis que dans l’ombre se meuvent confusément des silhouettes. Chazal est debout, immobile, grave, la main sur le marteau, ceint de rouge, illuminé par la flamme; l’enfant est nu, très pâle. Chazal murmure quelques mots d’une voix brève ; aussitôt l’enfant est étendu sur l’enclume et tandis que sa mère le saisit par le bras, une autre femme retient ses jambes et le forgeron de sa main soutient sa nuque.
L’n effroyable rugissement tout à coup fait trembler les vitres, en même temps le bras de Chazal se lève et s’abaisse, le marteau frappe l’enclume avec violence. Le corps de l’enfant est tout secoué de frissons. Sur son visages défait, ses yeux terrifiés s’ouvrent… Un autre cri retentit de nouveau le marteau tombe sur l’enclume dont les vibrations métalliques font tressaillir un instant la forge. Le vieillard environné d’étincelles active toujours le brasier… Chazal pousse un rugissement encore plus effroyable. Cette fois, le marteau retombant s’arrête net AU dessus du ventre du malade, puis vient doucement frôler épiderme.
Aussitôt le soufflet infernal se tait, le brasier recouvert de mâchefer s éteint. L’enfant épouvanté est habillé à la hâte et emporté par les femmes ». Cette méthode étonnante laisse perplexe quant à son explication. Bienfaits du fer en vibration ? Rôle psychologique de la mise en scène qui influence les esprits ? Les deux, peut-être !



← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles